COMPETENCES

La traduction

DSC_0040

Cinq années d’études à l’ISIT avec de talentueux traducteurs et de brillants interprètes pour professeurs m’ont enseigné qu’il s’agit d’une discipline d’exigence et d’abnégation.

Le défi de la traduction consiste à retranscrire un texte d’origine dans une autre langue en transmettant l’idée de l’auteur mais aussi et surtout, le contexte interculturel qui se révèle indispensable à la compréhension. Références culturelles, expressions idiomatiques, nuances et niveaux de langue doivent être reproduits le plus finement possible.

Les exercices quotidiens de traduction – journalistique, technique, économique et scientifique – véritable gymnastique intellectuelle, m’ont permis de développer plusieurs qualités :

  • La polyvalence

Mes professeurs attendaient de moi,  traductrice en herbe, que je traite chaque sujet comme si j’en étais experte. Cela supposait que j’enrichisse sans cesse ma culture générale et mon vocabulaire. De plus, un travail préalable de recherche était indispensable pour m’approprier chaque nouveau domaine. C’est un aspect de la traduction que j’apprécie beaucoup car les opportunités de développer ses connaissances sont infinies.

  • La rigueur

La fidélité est l’un des maîtres-mots lorsque l’on s’attèle à une traduction. Oubliés les rêves d’écrivain, c’est l’abnégation qui prime. J’ai appris à m’effacer derrière l’auteur et à ne laisser aucune place à mon interprétation personnelle.

  • La parfaite maîtrise de la langue

L’acquisition de cette compétence est valable tant pour mes langues de travail – l’anglais, l’espagnol et l’italien – que pour ma langue maternelle, le français.  Le but est de pouvoir produire un texte final d’excellente qualité. C’est en travaillant sans relâche les subtilités et les difficultés de la langue française que j’ai découvert mon goût prononcé pour ma langue maternelle et mes envies de rédaction.

  • La rapidité

Il n’y a pas d’activité professionnelle sans recherche de performance. Petit à petit, je me suis donc créé des outils pour optimiser mon travail : lexiques terminologiques et thématiques, base de données de culture générale et de sujets d’actualité.

 

Voici quelques exemples de sujets que j’ai eu l’occasion de traiter : la construction du Viaduc de Millau, le processus de vinification, l’ouragan Katrina, la crise des subprimes.

error: